•                      Cœur d'artichaut

    gif

     

                             La petite cuisine des mots  

                              Ces milliers de phrases de la langue française, souvent imagées, méritent que l'on s'y arrête...

                                Cœur d'artichaut

    AVOIR UN COEUR D'ARTICHAUT

    Coluche l'avait souligné :

    "Les artichauts, c'est un vrai plat de pauvres. c'est le seul plat que quand t'as fini de manger, t'en a plus dans ton assiette que quand t'as commencé."

    gif

    Avoir un cœur d'artichaut signifie tomber amoureux facilement : comme on l'effeuille pour atteindre son cœur, le cœur d'artichaut distribue son amour à tous ceux qui le font vibrer, au risque de souffrir souvent.

    L'expression est dérivée d'une autre, datant du XIXe siècle :

    "Cœur d'artichaut, une feuille pour tout le monde."

    artichaut

    artichaut

     

     

    le "coeur" désigne à la fois l'organe essentiel qui représente l'amour , et, comme c'est le cas ici, le centre d'un végétal. Du fond d'artichaut se détachent de nombreuses feuilles: une pour chacun.
    Quelqu'un qui a un coeur d'artichaut donne un peu d'amour à chaque personne qui lui semble digne d'intérêt.
    Certains diront qu'il ou elle est "inconstant(e)" voire "frivole" ,
    d'autre, simplement, "altruiste". À vous de choisir!
    Cette expression qui date de la fin du XIXe siècle vient de la forme proverbiale "coeur d'artichaut, une feuille pour tout le monde".

    Explications les dernières du net

    Le début d'un magazine

    Images du net ainsi que gifs

     Moi, pas avoir un cœur d'artichaut !! mais qui sait, j'ai dû je crois en avoir un .. pour avoir DONNER MON COEUR  à des hommes qui ne méritaient surtout pas ... même une feuille

    Va de retro satanas !! j'ai les noms .. chutt.. maudits soient-ils

     et là c'est fermé le cœur .. sinon, ça va finir à cœur ouvert et je n'y tiens guère ! l'artichaut, je l'aime à la vinaigrette moneyyes

    gif

     

    gif muguet Un petit médaillon de muguet pour vous toutes et tous et du bonheur ..

    @ demain

    Gif de : Mcreations.eklablog

    Elles en a d'autres de très beaux ! allez voir son blog Mcreations

     

    coeur d'artichaut

    coeur d'artichaut

     


    30 commentaires
  • Arum

    Arum et @ plus wink2sarcastic

     

    Arum

    Arum

    Arum

    Arum

    Les Arums du jardin

    On appelle aussi "cornets" dans certaines régions !

     

    Arum

    un copier/coller du net pour les explications, je ne peux pas faire de long texte écrit par mes petits doigts de fée .., qui faiblit un peu, beaucoup, pas du tout .. en ce moment .. arfoh

    Bises à toutes et tous

    Et que votre semaine soit sympa malgré le temps maussade

    Merci d'être là les blogonautes

     

    Arum

     

     

     

     

    Les Zantedeschias, plus connus sous le nom d’arums, sont ces jolies fleurs que l’on retrouve au jardin en pleine terre, dans les massifs, en bord d’eau et bien sûr en bouquets et en potées. Sa floraison aux couleurs variées lui vaut sa renommée. L’arum est sensible au froid et demande donc quelques soins. Une exposition ensoleillée et un arrosage abondant le ravit ! L’arum se plaît dans tous les jardins et dans toutes les maisons de France.

    Arum 'Pink Persuasion'

    CARACTÉRISTIQUES
    Hauteur à maturité
    : 0,4 m
    Zones climatiques France : méditerranéen, océanique, moyen, continental
    Rusticité : semi-rustique
    Composition du sol : normal
    PH du sol : neutre
    Humidité du sol : normal
    Exposition : soleil, mi-ombre
    Utilisation en jardin : massif, bordure, sous-bois, bac, balconnière
    Utilisation pour la maison : terrasse, balcon
    Feuillage : caduc
    Période de floraison : juin à août
    Période de plantation : septembre à novembre et mars à mai
    Niveau de soin : très facile
    Utilisation : jardin
    Saison d'intérêt : été
    Couleur des fleurs : rose framboise
    Fleur à couper : oui
    Densité de plantation : 10 m2

     

     
    Nos conseils et articles

     

    Partout au jardin

    La douce floraison de l’arum se retrouve partout au jardin et à la maison. Idéal en pot, il s’associe parfaitement avec d’autres plantes à bulbes telles que les dahlias ou les lis, formant ainsi des potées hautes en couleurs. Pour des bouquets réussis, coupez les tiges fleuries, qui tiennent assez longtemps. Les arums aiment beaucoup l’eau et font ainsi de très bonnes plantes de berges au printemps et en été. Enfin, ils sont splendides en massif dans les régions chaudes.

    Floraison indémodable

    Les arums sont connus pour leur floraison très particulière. De juillet à septembre ou octobre, les divers coloris envahissent le jardin et l’intérieur de la maison. Les fleurs d’arums sont constituées d’un grand cornet appelé spathe qui est une feuille modifiée et d’une colonne jaune, le spadice . Les arums sont de bonnes compagnies pour les géraniums et les hostas.

    Des feuilles dans les bouquets

    A la base de ces longues tiges pouvant atteindre jusqu’à 60 cm de haut, partent des larges feuilles tout aussi décoratives que les fleurs, gardez-les dans les bouquets ! Le feuillage vert brillant est ample et reste persistant en climat doux. Toutefois, il tombe en climat plus rude. Les jolis tons verts des feuilles s’associent parfaitement avec des heuchères telles que ‘Caramel’ ou ‘Obsidian’. De plus, certaines variétés d’arums possèdent des feuillages panachés comme ‘Chaméléon’ présentant l’avantage de durer tout l’hiver.

    En bonne place

    Les arums apprécient les espaces ensoleillés. En pot, placez-les proches d’une source de lumière. Pour leur bon développement, une terre consistante et riche est indispensable. Plantez les arums au printemps. N’hésitez pas à les arroser abondamment, ils sont très friands de l’humidité prononcée. Si la terre est trop sèche, les feuilles tombent et la plante ne fleurit pas.
    Les arums sont sensibles au froid. Ainsi, on les plante en pleine terre dans les régions où le climat est doux et en pot là où les hivers sont plus rigoureux. Dans les deux cas, les bulbes sont disposés à 10 cm de profondeur.
    Pour multiplier les arums, divisez-les, au printemps pour les non-rustiques et à l’automne pour les autres.

    Peu de soins

    En pot, placez deux à trois bulbes dans un mélange de terreau et de sable. Arrosez régulièrement et ajoutez de l’engrais si besoin est. Toutefois, attention, les engrais trop azotés favorisent la feuillaison plutôt que la floraison. Petite astuce pour avoir de jolis massifs avec des variétés non rustiques : enterrez les pots dans lesquels sont plantés vos arums et exposez les au soleil, le tour est joué ! En pleine terre, déposez un paillage sur les souches pour les protéger. L’espèce Zantedeschia aetiopica est la plus robuste. Vous pouvez, en plus du paillage sec (type fougère), ajouter des planches de bois pour que le paillis ne pourrisse pas à cause de l’humidité. Planter les arums au printemps.

    Quelques variétés plus en détails

    Pour impressionner vos amis, choisissez la Zantedeschia dioscoridis. Cette espèce botanique a la particularité d’être tachetée. Une floraison insolite et design dont la spathe verte est tachetée de lie-de-vin. La seule contrainte de cette variété est l’odeur, assez désagréable.
    Pour une touche d’originalité, plantez une variété à floraison noire en compagnie des Zantedeschia aetiopica dont les couleurs blanc pur jouent sur le contraste. Les cornets noirs sont légèrement satinés et possèdent un fin liseré acajou, cultivez-les en pot !

    Les thrips, l’ennemi des arums

    Les arums sont des plantes robustes qui ne redoutent que peu de prédateurs ! Elles sont sensibles aux thrips, vecteurs d’un virus qui provoque des rayures et des taches jaunes sur les feuilles et les fleurs. On peut observer d’autres symptômes comme la malformation des feuilles ou des hachures. Pour lutter contre les thrips, douchez votre plant d’arum puis appliquez un insecticide. Renouvelez cette manœuvre au bout d’une semaine si les insectes n’ont pas été entièrement éliminés.

    Un peu de botanique

    L’arum appartient à la famille des Aracées. Le genre Arum compte une douzaine d’espèces originaires du Sud de l’Afrique.


    17 commentaires
  • le hêtre de Ponthus

    Le hêtre de Ponthus

    Un majestueux et mystérieux arbre niché au cœur de Brocéliande

    Planté au milieu d'épicéas comme pour mieux convoquer le mystère, il s'offre au regard de celui qui se laisse gagner par la féerie des lieux. C'est l'un des arbres les plus merveilleux de Brocéliande.

    le hêtre de Ponthus

     

    le hêtre de Ponthus

    le hêtre de Ponthus

    Hêtre de Ponthus -forêt de Brocéliande - Bretagne

     

    le hêtre de Ponthus

     

    le hêtre de Ponthus

    Lorsque les rayons du soleil se profilent à travers son feuillage, le mystère attaché à cet arbre vénérable devient plus prenant encore.

    Cet hêtre majestueux de plus de 300 ans est un arbre magnifique, dur à trouver car il n'y a aucune indication (près de la Fontaine de Barenton). Arbre de légende au plus profond de la forêt de Paimpont, il fut planté par le chevalier Ponthus pour célébrer sa victoire face à l'ennemi, sur les ruines d'un château.

     

    Le lieu est pour le moins splendide, tout empli de magies et de mystères, que mes modestes photos ont vraiment du mal à retraduire. On s’attendrait presque à voir sorcières et korrigans menaient une ronde endiablée autour de l’arbre …

     

    2009_08_11_H_tre_01

    Histoire ci-dessous de la légende de l'hêtre de PONTHUS

     

    Brocéliande – Le Hêtre de Ponthus - 11 août 2009 - 26mm F5,6 au 1/60ème - 400 iso – Non recadrée

    Le dernier cycle de la Table Ronde, le Roman de Ponthus, oeuvre du XIVe siècle, a aussi pour thêatre Brocéliande où se passe l’un de ses principaux épisodes.

     

    Ponthus, fils du roi de Galice, en Espagne, fait naufrage avec quatorze de ses compagnons. sur la côte du Morbihan et est recueilli à Vannes par le roi de la Petite Bretagne. Il rencontre à sa cour plusieurs seigneurs, entre autres le sire de Gaël, seigneur de Brocéliande, avec lequel il se lie d’amitié. Le sire de Gaël a une fille, Sidonie, belle comme l’aurore, et Ponthus en devient éperdument amoureux.

     2009_08_11_H_tre_02 

    Brocéliande – Le Hêtre de Ponthus - 11 août 2009 - 55mm F5,6 au 1/45ème - 400 iso – Non recadrée

    La jouvencelle ne reste pas insensible aux sentiments qu’éprouve pour elle le chevalier espagnol ; elle y répond par un égal amour. Cependant, avant que la gente pucelle ne lui accorde sa main, Ponthus doit triompher d’un certain nombre d’épreuves ; adonc il s’éloigne en quête d’aventures chevaleresques qui le conduisent à Rennes, Saint-Malo, Monfort, au château de la Roche Perdue, jadis bâti sur un rocher par Merlin à la sortie du Val sans Retour.

     

    Revenant vainqueur à Vannes, il est fait connétable par le roi de la Petite Bretagne.Hélas ! des perfides, jaloux de sa renommée, le desservent vilainement dans l’esprit de Sidonie qui lui signifie sa disgrâce. Il se retire en Brocéliande, au château de Ballanton ou Barenton, depuis le château de Ponthus, et fait assavoir qu’il combattra, chaque mardi, dans le champ clos des Tournois, près de la fontaine de Barenton, tout chevalier qui voudra jouter contre lui. Cinquante champions se présentent successivement, il triomphe de tous et les envoie prisonniers à sa chère Sidonie auprès de laquelle il rentre en grâce et qu’il épouse. Depuis ce jour Ponthus resta seigneur d’une partie de Brocéliande.

     

    2009_08_11_H_tre_03

    Brocéliande – Le Hêtre de Ponthus - 11 août 2009 - 55mm F5,6 au 1/30ème - 400 iso – Non recadrée

    Au plus profond de la forêt de Brocéliande, le hêtre de Ponthus s'est élevé sur les vestiges d'un château détruit, jadis, par Dieu lui-même. En ces temps-là, le chevalier de Ponthus désespérait de ne point avoir de progéniture. "Il me faut un enfant, qu'il vienne du diable ou de Dieu !", s'écria-t-il du haut de la plus haute des tours de son château. Dieu fit la sourde oreille. Mais le diable était tout ouïe. 

    2009_08_11_H_tre_04

     

     

    le hêtre de Ponthus

    Ponthus et Sidoine

    le hêtre de Ponthus

    le hêtre de Ponthus

    Images du net et explications un peu de moi et beaucoup du net

     

    le hêtre de Ponthus 

    Bonne semaine avec les légendes celtes

    les petits korrigans et elfes veillent sur vous !

     

     

     

     


    25 commentaires
  • Océanopolis Brest

     Demat ou bonjour !!

    Dans Demat aujourd'hui :

    Un article sur OCEANOPOLIS - BREST

    Port de Plaisance du Moulin Blanc - Rade de Brest

    Si vous êtes en vacances par là ou cet été !

    allez faire voir .. c'est si différend des autres "parc aquatique" plus instructif et pourtant ludique aussi

    ********************************** 

    N'oubliez pas de visiter ce parc océanographique hors du commun ... tout le descriptif ci-dessus, c'est vraiment à voir et revoir pour Toutes et tous et pour visiter autrement le monde océanique ..

    Je sais que c'est chouette, suis brestoise et je l'ai vu naître et grandir .. ++ le site est superbe

    Mon frère a un voilier amarré là ! et je suis allée souvent sur les pontons ! c'est magnifique avec ou sans pluie (lol)

     

    Océanopolis Brest

    ***************************************

    Une classe en visite !!

    Les phoques gris de la Mer d'Iroise et d'ailleurs y sont soignés et ensuite relâchés dans leur élément : océan et bord de mer Atlantique et Manche

     

     Le calme après la tempête...
    Aujourd'hui, des élèves de l'école Jean Rouxel de Dirinon sont venus assister au relâcher de deux jeunes phoques gris.
    Ces animaux avaient été recueillis et soignés à Océanopolis après la tempête qui a balayé les côtes bretonnes au mois de décembre dernier. Ils ont retrouvé aujourd'hui la liberté de l'océan Atlantique.
     

    classe océanopolis Brest

    phoque gris océanopolis

    Un des phoques gris qui a été soigné et sera relâché !

    J'avais fait un pastel sec avec une photo d'un phoque sortant de l'eau en Mer d'Iroise .. vers chez moi !

    Avant de venir en Vendée !! moi pas le phoque m'enfin

    Coucou, je suis un phoque gris et je suis en "vélégiature à Océanopolis Brest, c'est cool, on s'occupe bien de moi

    ******************************************

    phoque gris océanopolis

    ****************************************

    Océanopolis est un centre de culture scientifique consacré aux océans, situé à Brest, près du port de plaisance du Moulin Blanc[1]. La forme du premier bâtiment, le pavillon tempéré, rappelle celle d'un crabe.

    Conçu par l'architecte Jacques Rougerie, Océanopolis a ouvert ses portes en 1990[2]. Le but premier était d'offrir une vitrine aux sciences de la mer à travers le pavillon tempéré. Brest rassemble en effet 60 % de la recherche européenne sur la mer. Entièrement réaménagé en 2000 avec l'ajout des pavillons polaire et tropical, Océanopolis propose une approche scientifique du milieu marin dans sa globalité.

    Pour cela, une cinquantaine d'aquariums de 50 à 1 000 000 litres pour le bassin des requins sont proposés au public. En plus des bassins, différents supports (vidéo, bornes interactives, panneaux...) apportent des informations complémentaires sur la biologie des espèces, la protection des milieux, le fonctionnement des écosystèmes...

    Le centre se découpe en trois pavillons correspondant à trois environnements différents : tempéré, polaire et tropical. 10 000 animaux et végétaux marins de 1 000 espèces peuvent ainsi être découverts dans ce complexe.

    Océanopolis comprend 8 700 m2 d'espaces de visites et 4 millions de litres d'eau de mer dont 1 million pour l'aquarium des requins[3].

     

     

    Histoire

    Éric Hussenot, biologiste marin passionné de mammifères marins et Jean-Paul Alayse, océanographe et spécialiste en aquariologie, ont un projet en commun d'aquarium-muséum dès le début des années 1980. Ces deux chercheurs du CNRS rédigent le mémoire « Projet pour la création d’un aquarium-muséum à Brest » mettant en évidence les potentialités des écosystèmes de la mer d’Iroise et convainquent Pierre Maille, président du conseil général du Finistère et maire de Brest, de financer leur projet.

    En 1988, débutent les travaux d’Océanopolis, appelé alors « La Maison de la Mer ». Il ouvre ses portes au public le 21 juin 1990 avec le label de centre de culture scientifique et technique et est inauguré le 26 juin par Jacques Mellick, ministre délégué auprès du ministère des Transports et de la Mer. La première année, Océanopolis accueille 500 000 visiteurs et la moyenne, sur les années suivantes, s’établit à 300 000 visiteurs.

    En créant en 2000 deux nouveaux pavillons (l’un présentant les écosystèmes polaires, l’autre le milieu marin tropical), le centre passe du stade de simple aquarium à celui de parc de découverte des océans[4].

    Des travaux ont été engagés pour présenter des loutres d'Europe et du Pacifique, à découvrir au printemps 2013[5].

    Après 30 ans de passion, le conservateur Jean-Paul Alayse, un des pères d'Océanopolis, a pris sa retraite le 26 septembre 2011.

    Structure d'Océanopolis

    Pavillon tempéré

    L'herbier à zostères du pavillon tempéré. Les zostères sont des plantes qui forment de véritables écosystèmes abritant un grand nombre de petits poissons dont les hippocampes

    Premier pavillon d'Océanopolis, le pavillon tempéré a été conçu pour servir de vitrine aux activités maritimes et scientifiques de la région. Du fond du plateau continental atlantique à la plage de sable fin, on découvre des animaux et végétaux de la côte bretonne dans des environnements reconstitués au plus proche de la réalité. Ce pavillon propose aussi d'en savoir plus sur les phénomènes physiques des océans comme les marées, les vagues ou la formation des océans grâce l'espace océanographique réalisé en collaboration avec le Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) et différents programmes scientifiques européens, comme le programme EUR-OCEANS[6]. À la fin du pavillon, les visiteurs ont la possibilité de se familiariser encore plus avec la faune et la flore littoral grâce à la flaque de démonstration où ils peuvent toucher les habitants du bord de mer : étoiles de mer, anémones, oursins...

    Parmi les animaux que l'on peut observer dans les bassins :

    Depuis Pâques 2012, de nouveaux aquariums pressurisés présentent des animaux (crabes et crevettes) vivant à près de 1 800 mètres sous la surface. Cette grande première mondiale a été réalisée en partenariat avec l'UPMC et l'Ifremer de Brest.

    Pavillon polaire

    Les loups de l'atantique. À ne pas confondre avec le bar, aussi appelé loup en Méditerranée. Ces poissons peuvent être observé dans un bassin du pavillon polaire avec des lompes.

    Ouvert en 2000, ce pavillon présente la faune des pôles Nord et Sud. Dans un premier temps, ce sont les manchots et les oiseaux peuplant les îles sub-antarctiques que peuvent rencontrer les visiteurs.

    Un peu plus loin, un espace de transition permet d'en savoir plus sur les relations alimentaires dans les pôles et sur les populations inuits qui vivent en Arctique.

    Dans un second temps, le pavillon polaire propose de découvrir la faune arctique. Dans un premier bassin nagent les phoques arctiques qui vivent sur la banquise. Un peu plus loin, on peut observer dans trois aquariums la faune sous-marine qui peuple les fonds arctiques, sous la banquise.

    Pavillon tropical

    La tortue carette, un des points forts du pavillon tropical.

    Ouvert en même temps que le pavillon polaire, le pavillon tropical est construit comme un voyage en quatre étapes à travers les mers tropicales. À l'entrée de ce pavillon tropical, la visite commence par le lagon, un nouvel aquarium qui permet d'observer depuis la surface de l'eau les espèces d'un lagon tropical de faible profondeur. À chaque étape de la visite correspond ensuite une zone tropicale et un ou plusieurs bassins ainsi qu'une thématique.

    La visite du pavillon se finit ensuite par une promenade dans une forêt équatoriale, réalisée en partenariat avec le conservatoire botanique national de Brest.

    Quelques-unes des nombreuses espèces de poissons présentes dans les aquariums du pavillon tropical:

    Pavillon d'expositions temporaires

    À l'extérieur du bâtiment, se trouve un chapiteau qui accueille tous les deux ans une nouvelle exposition :

    • 2004 : « Microcéan, le petit peuple de la mer »
    • Avril 2005 à mars 2006 : « Jules Verne et l’océan »
    • Avril 2006 à mars 2007 : « Fabuleux monstres marins »
    • Mars 2007 à mars 2008 : « Voyages aux pôles »
    • Avril 2008 à mars 2010: « Chauds les coraux ! »
    • Avril 2010 à mars 2012: « Océan de vies », pour fêter l'année de la biodiversité et surtout les 20 ans d'Océanopolis[7].
    • Depuis mai 2009 : « Mammifères marins »
    • Avril 2012 à mars 2013 : « Abysses »
    • Décembre 2013 au 15 juin 2014 : "HYMNE-MERS-IONS" de Yann KERSALÉ

    Sentier des loutres et des otaries

    Au printemps 2013, Océanopolis s'est agrandi en créant un nouvel espace extérieur dédié aux loutres et aux otaries. Inauguré le 17 avril 2013[8] cet espace de 300 m2 spécialement aménagé permet de découvrir deux nouveaux écosystèmes côtiers, l'un Atlantique Nord-Est et l'autre Californien.

    L'écosystème Atlantique Nord-Est est présenté par un petit coin de la presqu'île de Crozon où évolue un couple de loutres d'Europe, Vénus et Boukan. Elles viennent du centre de réintroduction d'Hunawihr, en Alsace. Côté Pacifique, les bassins recréent un environnement littoral d'une espèce marine emblématique, l'otarie de Californie ou lion de mer. Les visiteurs peuvent y faire la connaissance de Google et Amine, deux otaries de Californie. Une exposition permet également de découvrir les différentes espèces de loutres et notamment la loutre du Pacifique, qu'Océanopolis souhaiterait à terme accueillir sur le sentier des loutres.

    Programme culture

    Océanopolis propose aussi des conférences grand public accessibles gratuitement. Le programme est téléchargeable sur le site web de l'aquarium[9]. Ces conférences permettent d'en apprendre plus sur des thématiques précises.

    Depuis septembre 2009, les vidéos des conférences sont disponibles en ligne, sur le site d'Océanopolis [10].

    La recherche à Océanopolis

    Les mammifères marins en Bretagne

    Grand dauphin (Tursiops truncatus) appelé aussi dauphin souffleur ou à gros nez. Trois groupes de grands dauphins, du type côtier, sont résidents en Bretagne. Ils occupent les sites suivants : la baie du Mont Saint-Michel, l'archipel de Molène et les abords de l'île de Sein.

    Le Laboratoire d’études des mammifères marins d’Océanopolis (LEMM) a été créé en 1989. Sa mission est d’étudier les populations côtières de mammifères marins en Bretagne. Ce laboratoire bénéficie du soutien de la Communauté urbaine de Brest (Brest métropole océane), du conseil général du Finistère, du conseil régional de Bretagne et du ministère de l’Environnement.

    Jeune phoque gris (Halichoerus grypus). Deux colonies reproductrices sont présentes en Bretagne, l'une occupant l'archipel des Sept-Îles et l'autre l'archipel de Molène.

    Les espèces étudiées sont principalement : le phoque gris de l’archipel de Molène et des Sept-îles, le grand dauphin de l’île de Sein et de l’archipel de Molène. De nombreuses sorties sur le terrain pour un suivi régulier permettent d’améliorer les connaissances sur ces différentes populations.

    Ce laboratoire assure la gestion d’un dispositif régional d’intervention sur les échouages et héberge le seul centre français de soins et de réhabilitation pour les jeunes phoques.

    Chaque année, entre novembre et février, la clinique des phoques d’Océanopolis accueille de jeunes phoques gris en difficulté. À leur arrivée à la clinique, ils sont nourris, soignés avant de retrouver la mer au bout de quelques mois[11].

    Les coraux tropicaux

    Acropora cervicornis, une espèce de corail tropical que l'on peut voir à Océanopolis.

    Océanopolis participe à deux programmes de recherche sur les coraux tropicaux :

    • Le programme SECORE[12] sur la reproduction sexuée des coraux
    • Le programme CORALZOO[13] sur l'aquaculture des coraux.

    Partenaires

    Océanopolis compte parmi ses partenaires entre autres :

    Explications : site Wikipédia et photos de Facebook Océanopolis

    Liens : www.oceanopolis.com

                www.brest-metropole-tourisme.fr

    Photos du net

    Sinon, j'ai un peu ramé avec mon PC et ça gouine toujours un peu, et pas de sauveur à l'horizon... je reviens donc doucement mais surement sur la blogo en espérant que ça tienne la route .. !! moi et le Pc ..

    Je vais passer voir vos blogs et commenter .. yesmoney

    J'ai du mal à entrer sur certains blogs, je ne sais pas  pourquoi ! beurk

    Océanopolis Brest

    Fleur ou rocaille, les 2 mon capitaine !!

    Et "le parfum Fleur de Rocaille" de Caron est mon parfum c'est de là que vient "speudo" enfin j'avais acheté pour ma fille aînée, ça correspond à son tempérament mais elle est devenue allergique aux parfums, alors c'est moi qui récupère l'affaire .. !!

     

     


    32 commentaires
  • Oeufs breizh

    Bon WE Pascal à toutes et tous !

    Avec de beaux "œufs" bretons du Finistère !

    Mer d'Iroise - Pen ar bed

    ******************

    Je suis peu sur le blog, pour diverses raisons,

    je met juste ce petit lien pour le fun

    Je ne sais pas encore, si je vais revenir sur la blogosphère ... mais ça ne serait tarder  ...

    Bonne continuation et @ kenavo

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires