• humour mam goz

    Obésité : La commission européenne souhaite diviser par 2 le diamètre des crêpes bretonnes 

                                      Réveillez-vous les Breizh et les autres ! help, au secours, alerte à Landerneau et ailleurs .. Tonnerre de Brest ... gast c'est la meilleure .. la dernière trouvaille de Bruxelles !

                         La CE a encore fait des siennes.. Ils veulent diminuer par 2 la dimension des crêpes bretonnes .. ta ka croire ! ça va faire du ruz boutou ! cha alors ! et juste avant la Chandeleur  ! faîtes sauter les coms indignés yé yé ... Alerte !

                               Signez ma pétition en urgence .. merci "Touche pas à ma crêpe" lol

    gif humour creperie

    gif bigouden  

    humour nono breton

                                                                  

    Obésité : La commission européenne souhaite diviser par 2 le diamètre des crêpes bretonnes 

    100639135

    Brest – Les Bretons bientôt à nouveau vent debout contre la commission européenne qui souhaite statuer sur le diamètre officiel des crêpes. Objectif : lutter contre la malbouffe avec des crêpes bretonnes plus légères. Reportage.

    Jusqu’à aujourd’hui, le diamètre des crêpes bretonnes pouvait varier entre 30, 40  voire 50 centimètres. Beaucoup trop selon l’Union européenne qui souhaite un diamètre unique de 15 à 20 cm. « C’est beaucoup trop pour une simple crêpe » commente le commissaire européen Joachim Bramheuld qui pilote cette nouvelle directive qui doit s’appliquer au 1er juillet 2014. « Il faut prendre en compte les facteurs nouveaux comme l’obésité et le souci d’économiser les matières premières » souligne-t-il, affirmant que la baisse du diamètre des crêpes pourrait faire économiser plusieurs centaines de milliers de tonnes de blé, de chocolat et de rhum.

    En outre, le rapport préconise que les crêpes ne soient cuites que d’un côté, pour des raisons de santé. « Une crêpe trop chaude peut brûler le palais en quelques secondes, et rien n’indique que la cuisson multiface soit un plus » rattachant plus cela à une coutume qu’à une vraie technique alimentaire. « C’est la santé du consommateur qui est en jeu. » En outre, pour permettre une meilleure hygiène et une bonne circulation de l’air, il suggère qu’à l’instar du gruyère les crêpes soient percées de trous sur leur face supérieure.

    Des propositions qui ont mis en colère les nombreux restaurateurs bretons et spécialistes de la crêpe bretonne, notamment en Basse-Bretagne d’où elle est originaire. Outre l’obligation de racheter des poêles conformes aux tailles édictées, ils craignent la perte d’une culture traditionnelle. Déjà, le mois dernier, un commissaire européen avait demandé une simplification de la recette du Kouign-Amann, une pâtisserie jugée par beaucoup bien trop compliquée à réaliser.

    La Rédaction

    humour nonoFleur de rocaille !!!


    31 commentaires
  • Mayflower      ou "Fleur de mai" histoire ...d'un navire .. mythique !!

                        

    Le Mayflower - vaisseau 

    Le Mayflower - vaisseau

    Le Mayflower - vaisseauGifs  http://petitemimine.centerblog.net

                                           

     

    Dans la logique, j'aurais fait tout l'historique et les photos de ce navire mythique avec mes recherches, mais actuellement, je ne peux comme vous le savez, rester trop longtemps sur l'ordi .. du coup, j'ai fait un copier/coller de la page Wikipédia ..

    Si, vous avez la patience de lire, c'est bien, en fait, chacun fait comme il le veut !

    ** Je voulais ajouter que si : vous allez cliquer (colonne de gauche) sur Voiliers et gréements ! vous trouverez mes articles sur beaucoup de navigateurs et histoires maritimes, sinon, si oublie de ma part, voir dans Demat .. !

    J'ajoute pour les personnes intéressées !

    Dans Monuments : Bagne de Brest histoire fait par moi

    Dans : Le Flot des souvenirs : Souviens-toi Barbara .. histoire de Brest pendant la guerre et surtout juste après à découvrir .. pour les nouveaux et nouvelles zaminautes !

    Je vous laisse avec le Mayflower @+++++

                          

    Le Mayflower - vaisseau

     

    Le Mayflower - vaisseau

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
     
    Page d'aide sur l'homonymie
    Le Mayflower dans le port de Plymouth peint par William Halsall (1882).

    Le Mayflower (ou « Fleur de mai ») est un vaisseau marchand de 90 pieds (27,4 mètres) et 180 tonneaux du XVIIe siècle.

    En 1620, il transportait 102 immigrants anglais[1] entre Plymouth, en Angleterre, et la colonie de Plymouth, dans le Massachusetts. Parmi eux étaient présents les Pilgrim fathers ou « Pères pèlerins »

     

    Le Mayflower - vaisseau

    Sommaire

    1 Le voyage

     

    Le voyage

    Cliquez pour voir en plus grand les photos !
    Reconstitution du village des colons dans le musée en plein air de Plimoth Plantation.
    Représentation du Mayflower sur une pièce de 0,5 dollar, 1920.

    Bien que l'Amérique du Nord fût déjà connue depuis près d'un siècle par les Espagnols, les Anglais ne commencèrent à la coloniser qu'en 1584 avec l'envoi de navires vers la fameuse colonie de Roanoke, la « colonie perdue ». Cette première tentative d'installation durable ayant échoué, les Anglais renvoyèrent des navires en 1606 en Virginie, alors récemment achetée à l'Espagne où ils fondèrent le fort de Jamestown (qui fut plus tard détruit par les Amérindiens, la famine, le paludisme et les rudes hivers).

    « Le chef de leur congrégation, John Robinson, approuva la suggestion de fonder une colonie outre-mer. [William] Bradford en était partisan dès le début. [...] Ils armèrent un navire, recrutèrent quelques hommes, et c'est ainsi que William et sa femme quittèrent Leyde (Hollande) en 1620 à bord du Mayflower[2]. »William Bradford

    Le bateau quitta Londres en juillet 1620, accompagné d'un autre navire, le Speedwell, qui rebroussa chemin suite à une avarie à la coque.

    Après deux escales, à Southampton le 5 août 1620 puis à Dartmouth le 12 août, le Mayflower quitta Plymouth le 16 septembre 1620[3] (6 septembre selon le calendrier julien en usage chez les pèlerins).

    À la suite d'une halte pour se ravitailler à Terre-Neuve auprès de pêcheurs locaux, une tempête menaça le bon déroulement de l'expédition. Le mauvais temps obligea le vaisseau à aborder les rivages de l'Amérique au cap Cod (sur le site de la ville de Provincetown dans le Massachusetts), le 11 novembre 1620, et non sur les bords du fleuve Hudson, but initial du voyage.

    Parmi les occupants du bateau se trouvaient trente-cinq dissidents anglais, des Pères pèlerins, très pieux, fuyant les persécutions de Jacques Ier et à la recherche d'un lieu pour pratiquer librement leur religion ; ainsi que 67 « étrangers ». La plupart des passagers venaient de milieux modestes (petits fermiers, artisans…) et adhéraient aux principes puritains.

    Ces Européens furent les premiers colons à s'établir durablement en Nouvelle-Angleterre, où ils décidèrent de fonder la ville de Plymouth.

    Un pacte contenant un certain nombre de lois, et régissant les principes de la future colonie (plus connu sous le nom de Mayflower Compact), fut signé à bord du navire par les passagers.

    Les pèlerins du Mayflower, les « Pilgrim Fathers », sont souvent considérés comme les pères fondateurs des futurs États-Unis d'Amérique.

    La toute première femme européenne à débarquer fut Mary Chilton.

    La dernière survivante des passagers du Mayflower était Mary Allerton, décédée à l'âge de 83 ans le 28 novembre 1699.

    Les passagers et leur descendance

    Liste des passagers

    Une naissance fut enregistrée à bord durant la traversée : celle d'un petit garçon, au nom d'Oceanus Hopkins, et le valet d'Edward Fuller, William Butten, mourut pendant le voyage. Une naissance fut également enregistrée alors que le Mayflower n'avait pas encore accosté et que les pèlerins cherchaient un endroit où s'établir : celle de Peregrine White.

    Baie du cap Cod.
    • John Alden (ancêtre des présidents John Adams et John Quincy Adams)
    • Isaac Allerton, son épouse Mary (Norris) Allerton, leur fils Bartholomew Allerton, leur fille Mary Allerton, leur fils Remember Allerton
    • John Allerton (aucune relation avec les Allerton mentionnés ci-dessus)
    • John Billington et son épouse Eleanor Billington
    • Frances Billington (aucune relation avec les Billington mentionnés ci-dessus) et son fils John Billington (ancêtre du président James Abram Garfield)
    • William Bradford et son épouse Dorothy May Bradford
    • William Brewster et son épouse Mary Brewster (ancêtres du président Zachary Taylor)
    • Love Brewster et son frère Wrestling Brewster
    • Richard Britteridge
    • Peter Brow
    • William Butten (mort pendant la traversée)
    • Robert Cartier
    • John Carver et son épouse Katherine (White) Carver
    • James Chilton et son épouse Susanna Chilton
    • Mary Chilton (aucune relation avec les Chilton mentionnés ci-dessus)
    • Richard Clarke
    • Francis Cooke et son fils John Cooke
    • Humility Cooper
    • John Crackston et son fils John Crackston
    • Edward Doty
    • Francis Eaton, son épouse Sarah Eaton et leur fils Samuel Eaton
    • M. (prénom inconnu) Ely (marin)
    • Thomas English
    • Moses Fletcher
    • Edward Fuller, son épouse Ann Fuller et leur fils Samuel Fuller
    • Samuel Fuller (médecin ; aucune relation avec les Fuller mentionnés ci-dessus)
    • Richard Gardiner
    • John Goodman
    • William Holbeck
    • John Hooke
    • Steven Hopkins, son épouse Elizabeth (Fisher) Hopkins, leur fils Giles Hopkins, leur fille Constance Hopkins, leur fille Damaris Hopkins, leur fils Oceanus Hopkins (né pendant la traversée)
    • John Howland
    • John Langmore
    • William Latham
    • Edward Leister
    • Edmund Margeson
    • Christopher Martin
    • Mary (Prower) Martin
    • Desire Minter
    Plaque commémorative, dans l'église St. James, à Shipton (Shropshire), en mémoire du baptême des enfants More (photo de Phil Revell).
    • Elinor More
    • Jasper More
    • Richard More
    • Mary More
    • William Mullins, son épouse Alice Mullins, leur fils Joseph Mullins, leur fille Priscilla Mullins
    • Degory Priest
    • Solomon Prower
    • John Rigdale
    • Alice Rigdale
    • Thomas Rogers et son fils Joseph Rogers
    • Henry Sampson
    • George Soule
    • Myles Standish, son épouse Rose Standish
    • Elias Story
    • Edward Thompson
    • Edward Tilley, son épouse Ann (Cooper) Tilley
    • John Tilley, son épouse Joan (Hurst) Tilley, leur fille Elizabeth Tilley
    • Thomas Tinker, l'épouse de Thomas Tinker (nom inconnu), le fils de Thomas Tinker (nom inconnu)
    • William Trevore
    • John Turner (2 fils de John Turner, inconnus)
    • Richard Warren (ancêtre du président Ulysses S. Grant et de l'écrivaine Laura Ingalls-Wilder)
    • William White, son épouse Susana White, leur fils Peregrine White, leur fils Resolved White
    • Roger Wilder
    • Thomas Williams
    • Edward Winslow, son épouse Elizabeth (Barker) Winslow, Gilbert Winslow (frère d'Edward Winslow)

    Présidents des États-Unis descendant des passagers du Mayflower

    Personnalités descendant des passagers du Mayflower

    Liste évidemment non exhaustive, des milliers voire des dizaines de milliers d'Américains possédant un ou plusieurs passagers du Mayflower parmi leurs ancêtres.

    La notoriété du Mayflower

    Réplique du Mayflower             la poupe du Mayflower       

    Une réplique appelée le Mayflower II a été construite à l'identique de l'original, à quelques détails près[4].

    Le Mayflower dans la littérature

    Le roman Constance (titre original : Constance, A Story Of Early Plymouth. ISBN 2 211 061 15 X) de Patricia Clapp retrace, sous la forme d'un journal intime tenu par la jeune Constance Hopkins, l'installation des immigrants du Mayflower qui ont fondé Plymouth dans le Massachusetts.

    Le roman Les Vampires de Manhattan de Melissa De La Cruz qui raconte l'histoire du Mayflower mais de façon un peu plus fictive.

    La bande dessinée XIII le représente dans son tome 20 : Le Jour du « Mayflower ». Jason Mac Lane, alias XIII se retrouve aux prises avec une fondation conspirationiste héritière des principes puritains des Pères fondateurs des États-Unis. Les auteurs Yves Sente et Iouri Jigounov permettent au lecteur de comprendre l'influence de la religion dans la société américaine d'aujourd'hui.

    Le Mayflower dans la cristallerie

    L’image du Mayflower a été utilisée dans la production des Cristalleries du Val-Saint-Lambert, Seraing en Belgique. Un imposant vase au voilier, en cristal clair, fut gravé entre 1949 et 1954 par Louis Barthélemy d'après un modèle de Charles Graffart. Hauteur 23 cm, longueur 30 cm, largeur 25 cm. Signatures gravées à la pointe au culot : Val Saint-Lambert, C. Graffart, L. Barthélemy.

    Notes et references

    1. Bernard Vincent (dir.), Histoire des États-Unis, Paris, Champs Flammarion, 1997, (ISBN 2080813765), p. 14
    2. Les séparatistes durent affronter la méfiance et même l'hostilité des citoyens hollandais. Le chef de leur congrégation, John Robinson, approuva la suggestion de fonder une colonie outre-mer. Bradford en était partisan dès le début. Si les séparatistes désiraient demeurer sujets anglais (même s'ils résidaient aux Pays-Bas), ils souhaitaient se tenir le plus loin possible de l’Église d'Angleterre et du gouvernement pour jouir de la paix. Ils armèrent un navire, recrutèrent quelques hommes, et c'est ainsi que William et sa femme quittèrent Leyde en 1620 à bord du Mayflower.
    3. Du « miracle » en économie : leçons au Collège de France, par Alain Peyrefitte [archive]
    4. Mayflower II [archive], sur Mackoo

    14 commentaires
  •                                        Humours et cie ...!

    Je ne peux pas écrire de longs textes, ni rester trop sur l'ordi, donc quelques petits dessins humoristiques ...
                               Bonne semaine

                   Effets d'optique....>>>>>>

     

    humour optique

    Saurez-vous régler le conflit et distinguer la personne qui a raison de celle qui a tord ?

                                                  

    humour wi fi

    Un peu de Wi fi/attitude ...

     

     


    16 commentaires
  •                                           

    Bic ..jetable

    Bic et Bic et collégramme..bourre et bourre et ratatam !!

    Histoire du célèbre Bic ..

    et ses dérivés de Monsieur le Baron Bich (Bic) ....

    Marcel Bich (Turin, Italie, 29 juillet 1914 - Neuilly-Sur-Seine, 30 mai 1994), appelé aussi le baron Bich, est un industriel issu d’une famille valdôtaine originaire de Châtillon, en Italie, naturalisé français avec ses parents le 2 août 1930[1].

    Biographie 

    En octobre 1945, ancien directeur de production d’une fabrique d’encre, il cofonde, avec Edouard Buffard l’entreprise Bic, qui deviendra le leader mondial des stylos à bille en rachetant le brevet du hongrois László Biró, qui datait de 1938.

    Son trait de génie fut de le mettre à la poubelle… après usage, bien sûr. Ce faisant, en 1950, en lançant cette plume révolutionnaire (le Bic Cristal) à un prix dérisoire sous la marque Bic, c’est le concept du jetable qu’il inventait. Il s’en est vendu plus de 100 milliards sur les cinq continents depuis 1950.

    En 1973, c’est un briquet qu’il lance sur le même principe et, à nouveau, sans l’avoir inventé. En effet le briquet jetable a été inventé en 1948, au départ il était rechargeable. Son créateur, Jean Inglessi, est l’inventeur de la bouteille à gaz à usage domestique en 1934, et l’entrepreneur de la marque Primagaz. Les premiers briquets non rechargeables, donc jetables, sont créés en France. Cricket les lance en 1962, suivi en 1964 par Feudor. En 1971, Marcel Bich, fondateur de la Société Bic, croit au développement futur du briquet jetable et décide de se lancer sur ce marché. En 1974, 290 000 briquets Bic sont vendus chaque jour dans le monde, dès 1975, presque le double, et actuellement[Quand ?] 4 millions, faisant de Bic le premier producteur mondial de ces briquets. Gillette aussi s’est essayé au briquet jetable, ce fut sa seule diversification qui tourna court. Cricket, briquet jetable lancé par ST Dupont en 1964[2] est cédé à Swedish Match en 1984[3] et ST Dupont, acquis en 1971, est cédé à Dickson Concept en 1987.

    En 1975, il commercialise en France le rasoir jetable. Il voulut étendre sa formule du jetable au parfum. Ce fut un échec commercial qui, en 1988, coûta à Bic 250 millions de francs français. Cependant dans sa biographie, son épouse Laurence Bich affirme que si le parfum fut un échec commercial en déficit de 140 millions de francs français en 1989 et 1990, la cession des actifs a dégagé une plus-value nette de 339 millions de francs français.

    Coupe de l'America. Marcel Bich commence par racheter Sovereign, ici dans le Vieux-Port de Marseille, puis Constellation, avant d'armer le premier défi français à la Coupe de l'America.

    Il est également l’un des personnages marquant de la Coupe de l’America. Il devient ainsi le premier non anglophone à participer à celle-ci en 1970, à bord du France 1 qu'il a spécialement fait construire. Il participera de nouveau aux éditions 1974, 1977, et 1980.

    Bibliographie

    • Laurence Bich, Le baron Bich, un homme de pointe, Librairie Perrin, Paris, 200

     

                                                           

    bic

    On reste dans la couleur avec Bic ..

    Les stylos, les briquets, les rasoirs jetables

    Qui n'a pas sur cette planète (même dans les endroits les plus reculés -quoique- tripoté un Bic .. !!

    Les 60 ans du Bic en 2010

    Suis en retard de 4 années, mais bon, dans l'espace temps c'est peu, pour une vie humaine, j'aurais pu me manier le train ...!! non le stylo .. hi hi !!

    Merci au "Baron Bich" dit Bic ..

     

     
     

    Le Dossier de presse

     

    « Je suis dans votre poche, dans la trousse d’écolier de votre fille, sur le bureau de votre père, devant la caisse de votre boulanger.

    Je suis adulé par les designers et directeurs artistiques du monde entier et les plus grands musées m’exposent.

    On me voit à Paris, Sao Paulo, New York, Dakar, ... la liste ne peut être exhaustive.

    Je suis présent dans plus de 16o pays. Je fais tellement partie de la vie de chacun que tous les pays s’attribuent ma paternité.

    Je suis le stylo à bille le plus vendu au monde et je suis incroyablement moderne.

    J’ai 60 ans. »

    briquet bic

    Bic ..jetable

    Bic ..jetable

    Je ne vais pas mettre toute la gamme de rasoirs jetables, de briquets et surtout de stylos Bic .. je vais y passer la nuit et l'arthrose dit "non" ...

     

    Bic ..jetable

    Un petite note d'humour !

    Magnéto les zaminautes

    Bonne lecture avec le Baron !

    avec des objets multicolores ..

     

     

     

     


    30 commentaires
  •  

    What ' else !

    Bonjour et bienvenue chez moi

    Je repars en technicolor >> c'est meilleur pour mon moral .. donc, j'ai la clef pour les amis(ies) ! L'entrée est libre .. un petit café ou thé pour les gens sympas .. bien sûr, vous en êtes ! Allez c'est reparti .. en couleur ! bon, je dis pas parfois, ce sera un peu en N&B ..

     

    What ' else !

    What ' else !

    What ' else !

    What ' else !

    Demat, bonjourno, hello..!

    Quelques nouvelles :

    Donc, la Jo de rocaille,

    1) a fait un grand coup de blues,

    ne doit plus fréquenter des personnes

    "style mauvaises herbes" et qui ne m'apportent rien sinon "de la tension nerveuse" etc .. mais j'ai fais mon tri sélectif, et comme je suis pas à la recherche de "statistiques" ..sur mon blog, je m'en fout, j'ai ma petite bande de zamiblogos et voilà !

    De plus, je ne dois pas être trop sur l'ordinateur : cause arthrose des épaules, et oui, une "merde" de plus .. donc, si je passe pas tous les jours : ne soyez pas vexé, j'ai pas le droit, pareil pas d'articles tous les jours ..

    et qui va "piano va mollo" !

    Pas de news, trop personnelles, il y a des "herbes folles et mauvaises" qui passent en louzoudé et qui se fendent la poire avec "mes emmerdes" ...et les vôtres bien sûr, des gens qui n'ont que çà à "foutre" se vautrer dans les failles des autres" donc zapping

    Et si on passait à un petit zeste d'humour pour commencer la semaine :

    *********************************

    Humour >>>

    What ' else !

    résumé du livre

    Après On n'arrête pas la connerie, voici le second et dernier volume de l'intégrale Jean Yanne. On y retrouvera en particulier ses sketches, son dictionnaire des mots inventés, son roman L'Apocalypse est pour demain, ainsi que de nombreuses pensées, répliques et anecdotes inédites.

     

     

    Jean Yanne : Tout le monde

    Il est gentil ..

    extraits

    "Je crois à un intelligence extraterrestre.

    La meilleure preuve, c'est qu'ils n'ont jamais essayé de nous contacter"

    *************************

     

    What ' else !

     

    "Le problème des compliments, c'est qu'on n'est jamais sûr que c'est sincère. Alors qu'un insulte, ça vient vraiment du cœur" !"

    **********************************

     

    What ' else !

     

    "Vivre seul c'est prendre plaisir à manger du céleri remoulade dans son papier d'emballage" (enfin même à deux, si j'ai envie de manger dans le papier ..je fais c'est tout !

     

    What ' else !

     

    Pour la suite, ce sera au prochain article

    Humour "pince-sans-rire" ...

    Extraits de dictons, maximes etc de Jean Yanne

     

    What ' else !

     

    What ' else !

    Celui qui veut voir l’arc en ciel doit apprendre à aimer la pluie
    Paulo Coelho

     

    Images du net .. et Facebook !!

    sinon, vous corrigez les fautes ... et la ponctuation (un petit coup de patte en passant ! Domino- minette )

    Je vais reprendre mes visites sur vos blogs ! doucement mais sûrement .. j'arrive

     

     

     

     


    26 commentaires